news biothera

Une protéine permet de freiner et de contrôler la direction de la migration cellulaire. Une découverte clé pour la lutte contre le cancer.

ÇA BOUGE. Les cellules de notre organisme ne sont pas toutes immobiles, beaucoup de processus physiologiques notamment lors du développement de l’embryon dépendent de la capacité des cellules à se déplacer. Mais ce phénomène peut parfois se dérégler, dans les pathologies cancéreuses notamment, ce qui aboutit à l’apparition de métastases.

Un mécanisme conservé depuis l’amibe

Une vaste collaboration internationale pilotée par une équipe du Laboratoire d’enzymologie et biochimie structurales (CNRS), et comprenant notamment le CEA et l’ENS1, vient de découvrir une protéine régulant la migration cellulaire. Appelée Arpin, elle constitue un frein à la migration et permet également à la cellule de contrôler la direction de sa migration. Les chercheurs ont pu montrer que ces deux rôles d’Arpin ont été conservés au cours de l’évolution depuis l’amibe jusqu’à l’homme.

ACTINE. La migration cellulaire dépend de la formation de réseaux d’une protéine fibreuse, l’actine, qui permettent à la cellule de projeter sa membrane en formant une structure appelée lamellipode. Les fibres d’actine qui génèrent cette force sont branchées entre elles grâce à une machine moléculaire appelée « complexe Arp2/3 ». Les chercheurs se sont aperçus que cette nouvelle protéine, baptisée Arpin, était un inhibiteur du complexe Arp2/3. Arpin freine en effet la projection de la membrane. Le #mécanisme par lequel elle opère était tout à fait inattendu : celle-ci ne s’active qu’au moment où le signal de projeter la membrane est donné, un peu comme si un conducteur freinait au même moment qu’il accélérait.

Conduite directionnelle

Pour mieux comprendre le fonctionnement d’#Arpin, les chercheurs ont éliminé cette protéine dans plusieurs types de cellules très différents, telles que des amibes ou des cellules tumorales. Ils ont ainsi montré que ces cellules dépourvues de ce frein moléculaire migraient plus vite, mais aussi de façon plus rectiligne. Ainsi, non seulement la protéine Arpin freine la cellule, mais en plus, elle lui permet de tourner. L’effet de cette protéine étant localisé dans la membrane cellulaire, son activation freine la progression du lamellipode sans empêcher la formation d’un autre lamellipode ailleurs dans la membrane, changeant ainsi la trajectoire de la cellule. Cette nouvelle protéine joue donc à la fois le rôle de frein et de volant.

IMPACT. Les chercheurs pensent que la découverte d’Arpin aura un fort impact dans le domaine des recherches sur le cancer. En effet, les cellules cancéreuses sont capables de réactiver le programme de migration cellulaire et ainsi produire des métastases qui envahissent l’organisme. La découverte de cette protéine pourrait donc avoir des répercussions tant sur le diagnostic des tumeurs invasives que sur les interventions thérapeutiques qui visent à bloquer la formation de métastases.

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

2014 © Copyright - Biothera by Pabette25

Contactez-nous sur    info@biothera.dz

Contact

Biothera heathcare

info@biothera.dz

24 Lotissement Ramdania, Douera, 16049, Alger, Algerie

Gmap